retour au menu

                   



Apprendre à écouter,

Écouter est peut-être le plus beau cadeau que nous puissions faire à quelqu’un....

C’est lui dire,
non pas avec des mots,
mais avec ses yeux, son visage, son sourire et tout son corps :
"Tu es important pour moi,
tu es intéressant,
je suis heureux que tu sois là..."

Pas étonnant  si la meilleure façon pour une personne de se révéler à elle-même,
c’est d’être écoutée par une autre.

Écouter, c’est commencer par se taire.

Avez-vous remarqué comment les “dialogues”
sont remplis d’expressions du genre :
“C’est comme moi quand...“
ou bien
“ça me rappelle ce qui m’est arrivé... ‘’
Bien souvent,
ce que l’autre dit n’est qu’une occasion de parler de soi.

Écouter, c’est commencer par arrêter son petit cinéma intérieur.
Écouter,
c’est vraiment laisser tomber tout ce qui nous occupe
pour donner tout son temps à l’autre.

C’est comme une promenade avec un ami :
marcher à son pas, proche mais sans gêner,
se laisser conduire par lui, s’arrêter avec lui, repartir avec lui,
pour rien, pour lui.

Écouter,
ce n’est pas chercher à répondre à l’autre,
sachant qu’il a, en lui-même, les réponses à ses propres questions.
C’est refuser de penser à la place de l’autre,
refuser de lui donner des conseils et, même, de vouloir le comprendre.

Écouter, c’est accueillir l’autre avec reconnaissance,
tel qu’il se définit lui-même,
sans se substituer à lui pour dire ce qu’il doit être.
C’est être ouvert positivement à toutes les idées,
à tous les sujets, à toutes les expériences, à toutes les solutions,
sans interpréter, sans juger,
laissant à l’autre le temps et l’espace de trouver la voie qui est la sienne.

Écouter
ce n’est pas vouloir que quelqu’un soit comme ceci ou comme cela,
c’est apprendre à découvrir ses qualités qui sont en lui, spécifiques.
Etre attentif à quelqu’un qui souffre, ce n’est pas donner une solution ou une explication à sa souffrance, c’est lui permettre de la dire et de trouver en lui-même son propre chemin pour s’en libérer.

Écouter c’est donner à l’autre
ce que l’on ne nous a peut-être  jamais donné :
de l’attention, du temps, une présence affectueuse.



André Gromlard
"Prendre sa vie en main"